Tourette du Château

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
21-11-2016

Tourette du Château

En 1871, la commune est séparée en deux: Tourette du Château (qui  doit céder 861 hectares de territoire) et Revest-de-l'Estéron, la future Revest-les-Roches.

La présence de l'homme est attestée  au  néolithique et les nombreux vestiges retrouvés sur le territoire attestent qu’il fut ensuite occupé par les ligures (habitats, nombreuses restanques (murs de retenues de terre en pierres sèches) sur les pentes sud du mont Vial) puis par les Romains. Les premières mentions des villages de Tourrette et de Revest datent du XIe siècle, lorsque des Tourrettants fondent l’agglomération de Revest, à 2 km en aval.

Vers 1200, le castrum de Torretta est mentionné comme fief des Glandèves, sous la suzeraineté des comtes de Provence. À cette époque, les Templiers de la commanderie de Biot y possédaient également des biens. En 1271, Tourette-Revest est partagé entre plusieurs co-seigneurs appartenant à des familles de vieille noblesse niçoise ou provençale: l'amiral niçois Guillaume Olivari, les Laugeri, les Guigonis.

Au XIVe siècle, ce village ainsi que ceux de Toudon et d'Ascros sont toujours inféodés conjointement à plusieurs familles seigneuriales : les Ranulfi (en 1338) ainsi que les Berre, qui sont également coseigneurs d'Ascros. En 1352, Tourette-Revest passe à Pierre Balb, seigneur de Valdeblore, mais en 1381, la reine Jeanne le donne au chanoine Guillaume Chabaud, « pour services rendus en Calabre...».

Lors de la dédition de 1388, alors que disparaissent les vieilles familles seigneuriales fidèles aux comtes de Provence, Amédée VII de Savoie confirme les Grimaldi de Beuil dans leurs possessions, «pour prix de leurs services». Le 12 février 1446, Barnabé Grimaldi reçoit l'investiture pour les fiefs de Levens et Tourette-Revest. Lorsque, le 3 mai, il reçoit l'hommage vassalique, il confirme leurs privilèges aux habitants. Son frère Louis, qui entre en possession de Levens et de Tourette-Revest en 1473, est à l'origine de la branche des Grimaldi de Levens.

Son fils Jean Ier (1543-1603), seigneur de Tourette-Revest, Levens et Rimplas, fut banni pour rébellion ainsi que ses cousins de Beuil. Il perdit la Haute Juridiction et dut verser 4.000 écus pour rentrer en possession de ses biens. Le petit-fils de Louis, Jean II, et son cousin Jean-Baptiste, seigneur d'Ascros, en rébellion contre les ducs de Savoie, se mettent au service de la France et terrorisent la région.

En 1550, à la suite d'un retournement d'alliances entre ces deux pays, Jean II est banni. Toutefois, en 1557, le duc de Savoie Emmanuel-Philibert lui rend ses fiefs pour le remercier de son action en Flandre.

En 1611, le fils de Jean II, César, vend Tourette-Revest à son cousin Annibal Grimaldi. Tourette va être fatal à ce dernier, car c'est dans ce château qu'il est exécuté, le 9 janvier 1621. Le château sera démantelé, il n'en reste que quelques traces.

La seigneurie échoit alors aux Galléan avant de passer par héritage, en 1752, aux Caissotti de Roubion qui conservèrent le fief jusqu'à la Révolution. Ils eurent pour obligation de reprendre le nom et les armes des Galléan. Pendant les guerres qui se succèdent, aux XVIe, XVIle et XVIIIe siècles, Tourette-Revest fut occupé, dévasté et pillé de multiples fois. En 1793, le village est occupé par les français, mais après la chute de l'Empire, il redevient sarde jusqu'à l’annexion de 1860.

Photos JPB

Source : Guide historique  2008.

Panorama depuis le site de l'ancien château.

Coordonnées
43.8822, 7.1431
Zone Géographique
Estéron
Cartographie ancienne
Carte de Tourette du Château 1869

Carte de Tourette du Château 1869