Saint Martin d'Entraunes

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
25-01-2017

Saint Martin d'Entraunes

Le castrum Sancti Martini de Nogeretto (des Noyers) est mentionné vers 1150. Vers l'an mille, ces bourgades étaient inféodées à de grandes familles seigneuriales (les Glandèves, puis les Balb, Rostaing et Féraud de Thorame) sous la dépendance des comtes de Provence.

À cette époque, l'abbaye de Saint Eusèbe d'Apt disposait d'un prieuré à Saint-Martin. En 1388, le Val d'Entraunes traite avec le comte Amédée VII de Savoie lors de la dédition. Les habitants obtiennent de Jean Grimaldi de Beuil, représentant officiel de la Savoie, que la charte garantissant leurs libertés ainsi que leurs droits et devoirs soient reconduits. Ils demandent également à être rattachés à la viguerie de Puget-Théniers. En effet, le Val d'Entraunes faisait partie de celle de Barcelonnette, or les voies de communication entre le haut Var et l'Ubaye étaient coupées six mois par an, en raison de l'enneigement. Saint Martin et Entraunes n'obtiennent pas gain de cause contrairement à Villeneuve et Châteauneuf qui sont rattachés à Puget Théniers.

En 1616, Charles-Emmanuel Ier de Savoie cède ses droits sur diverses terres du comté de Nice dont le Val d'Entraunes, à Annibal Badat (le gouverneur de Villefranche).  Par lettre-patente du 4 juin 1621, le duc s'engage à ne plus les inféoder. Saint Martin Nogaret prend le nom de Saint Martin d'Entraunes à cette époque. Toutefois, en 1696, Victor-Amédée II, dans le but de renflouer les caisses de son duché, réclame aux quatre communautés un rappel d'impôts impayés entre 1388 et 1645. Ne pouvant le payer, elles sont vendues : Saint-Martin à un Chenillat de Péone. Après deux ans de négociations, les dites communautés purent racheter leur liberté.

En 1702, elles sont pratiquement libérées de leurs éphémères seigneurs et réinvesties du titre apprécié de «comtesse d'elle-même». En 1718 (traité de Paris), Louis XV récupère Le Mas mais, en contrepartie, les villages d'Entraunes et de Saint-Martin sont détachés de la viguerie de Barcelonnette (devenue française en 1713, traité d'Utrecht), et sont maintenus dans le comté de Nice. En 1744, les Gallispans (troupes franco-espagnoles) incendient le bourg et détruisent le fort que Jean Grimaldi de Beuil avait fait construire en 1388. En 1778, le hameau de Saint-Martin demande à être détaché d'Entraunes et devient une commune indépendante.

Source: Guide historique  2008 et PCAM Flohic 2000. 

Photo JPB

Liens: Nice Historique 1899 N°13 et academieduvaldentraunes.fr

Coordonnées
44.1422, 6.7615
Zone Géographique
Var (Haut)
Cartographie ancienne
Carte d Saint Martin d'Entraunes de 1868

Carte d Saint Martin d'Entraunes de 1868