Roquestéron

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
06-12-2016

Roquestéron

Le territoire est habité par des tribus néolithiques, puis par les Ligures Velanni avant d’être annexé par les Romains. Ces derniers y construisent une place forte importante, sur le parcours d’une de leurs routes stratégiques.

Au Xe siècle, le bourg primitif n’occupe que la rive droite de l’Estéron. Ce castrum de la Rocca est une possession des Rostaing de Thorame-Castellane, il va le rester pendant 4 siècles. En 1028 et 1046, le seigneur du lieu, Raymond Rostaing, donne à l’abbaye de Lérins des biens situés sur le territoire de La Rocca. En 1047, le fief échoit à Laugier Le Roux, allié par mariage aux Rostaing de Castellane.

Le vieux château est détruit en 1230 par une campagne du comte de Provence. Un autre château dont on peut deviner la bas du donjon est construit sur le site de Rosquestéron-Grasse. Une autre forteresse sera construite sur le site de Gerbière. Ces deux châteaux sont à présent en ruine.

En 1388, La Rocca se rallie à la Maison de Savoie; son seigneur, Laugier Rostaing, se réfugie en Provence et ses biens sont partagés (1393) entre les Faucon de Glandèves et le chevalier des Ferres et du Mas.

Vers 1492, le fief est inféodé aux Grimaldi de Beuil. C’est à cette période que le village commence à s’étendre sur la rive gauche de l’Estéron, à proximité des terres cultivables, créant ainsi un faubourg.

En 1722, le fief, qui faisait à l’origine partie de la seigneurie des Laugier et des Faucon de Glandèves, est érigé en comté en faveur des Roverizio-Pianavia, une famille de Pigna. A la suite du premier Traité de Turin en 1760 sur la rectification et simplification des frontières, ce sont l’Estéron et le Var qui, dorénavant, délimitent la frontière entre les Royaumes de Piémont-Sardaigne et de France.

Le village primitif de La Rocca devient français et prend le nom de La Roque-en-Provence alors que le faubourg situé sur l’autre rive et restant dans le comté de Nice est baptisé Rocca Sterone. Le pont de bois qui les relie possédera à partir de cette date une borne frontière en son milieu et devient international. Cependant la partie sarde conserva la gestion des biens communaux . Mais sous la pression des français la répartition des revenus fut plus favorable aux provençaux à partir de 1780. Puis la Révolution française provoqua une rupture entre les deux communautés.

Lorsque le comté de Nice est envahit et occupé par la France révolutionnaire, en 1793, Rocca Sterone sera appelé Roquestéron-Puget jusqu'à sa réintégration dans les Etats Sardes, en 1815. Simultanément, La Roque-en-Provence est rebaptisé Roquestéron-Grasse.  

Lors de l’annexion de Nice par la France en 1860, les deux Roquestéron, dont les mentalités avaient évoluées différemment,  refusent d’être réunies. Actuellement, Roquestéron-Grasse situé sur la rive droite de l’Estéron dépend administrativement de l’arrondissement de Grasse, et Roquestéron, sur la rive gauche dépend de l’arrondissement de Nice (donc continue à dépendre du comté de Nice, puisque les limites de l’arrondissement et préfecture de Nice sont celle du comté de Nice en 1860). La route de la vallée de l’Estéron fut achevée en 1870. Cette réalisation permit la création d’un service de diligences. Entre 1921 et 1929, un tramway desservit ces villages.

Le tremblement de terre de 1887 a provoqué d'importants dégâts.

Photos LB et JPB

Source : Guide historique 2008.

Coordonnées
43.87271, 7.006
Zone Géographique
Estéron
Cartographie ancienne
Carte de Roquestéron 1869

Carte de Roquestéron 1869