Roquebillière

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
22-11-2016

Roquebillière

La présence humaine ancienne  à Roquebillière a été avancée sur la foi d'études antérieures non confirmées. Le nom de Roquebillière provient de Roccabellera, la tradition attribue son origine à l'expression "roc aux abeilles" (le Caïre del Mel est le nom de la montagne proche du village)  nommé ainsi dès le XIIe (une origine plus ancienne est avancée pour Bel qui signifie hauteur en indo-européen).

Un château a probablement été construit au XIIIe. La toponymie en conserve le terme de Castel Vieil qui pourrait être le lieu d'implantation ligure.

Le village a connu divers désastres  comme des tremblements de terre en 566, en 614, 1494 et  1564, un glissement de terrain en 1926, des crues de la Vésubie qui, comme en 1094, en 1743, 1772, 1889 et 1892 emportent une partie des maisons. Au cours de ces périodes les habitants changeront d'emplacement: de la rive droite ils se fixeront en rive gauche après l'inondation de 1094 puis plus loin en rive droite après 1926.

En  1388 Roquebillière, comme les autres communes de la rive gauche du Var, se place sous la souveraineté de la maison de Savoie, c'est la dédition de Nice à la Savoie et la constitution du comté de Nice.

Pendant le XVe,  XVIe et XVIIe,  Roquebillière bénéficie de sa position sur la route du sel mais en subit aussi  les conséquences à l'entretien des routes ou  au passage des troupes en guerre. En 1680 la commune de Roquebillière est inféodée. Les troupes françaises occupent le village de 1691 à 1696, puis de 1706 à 1708. Pendant la guerre de succession d'Autriche  de 1744 à 1749 la commune subira les réquisitions de troupes.

En 1764 la peste sévit et en 1859 une épidémie de typhoïde décime la population.

La commune, majoritairement pro-française, devient chef-lieu de canton durant la période révolutionnaire lorsque la France s'empare du comté de Nice en 1796.

Elle devient définitivement française en 1860 et en 1865 une route départementale relie Roquebillière à Nice. L'ancien village  fut détruit par un éboulement  en 1926; le village actuel a été reconstruit en face à deux km sur la rive droite de la Vésubie.

Depuis sa création, Roquebillière a été reconstruit plus de six fois.

Monographie locale: Roquebillière: notes d'histoire - Auguste, Félix et Jean Musso - Nice: Serres, 1981 (Les Régionales:3).

Photos : JPB.

Coordonnées
44.0126, 7.3076
Zone Géographique
Vésubie (Haute)
Cartographie ancienne
Carte Roquebillière 1874

Carte Roquebillière 1874