Rimplas

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
29-11-2016

Rimplas

La première implantation serait sur le site du fort et le village aurait eu pour nom Magdalena mais il est détruit avant l'an 1000. Les traces d’un ensemble de constructions de pierres sèches ont été découvertes à proximité. Le site du village pourrait avoir été fortifié et peut-être déplacé à une époque indéterminée à l’endroit qu’il occupe actuellement. Un château est construit sur l'emplacement du village et la situation de celui-ci en fait un siège juridique nommé Place Royale ou In Rege Placito qui apparaît pour la première fois en 1067 dans le cartulaire de la cathédrale de Nice et qui aurait pu dériver en Rimplas. Pierre Balb, seigneur de Rimplas en rébellion contre la reine Jeanne, y trouve refuge en 1358.

Les ruines de la  Chapelle Saint Etienne dite Saint Estève au quartier Saint Estève sont les restes de l'ancien prieuré Saint Etienne de Blora appartenant à l'Abbaye de Saint Dalmas de Pédona.

A cheval sur deux vallées, le Val de Blore et la Tinée, mentionné dans plusieurs documents anciens (Feraudus de Raimplas dans le cartulaire de Saint Pons par exemple) le village de Rimplas occupe une position stratégique.

Inféodé en 1411 aux Glandèves, Rimplas est vendu aux Grimaldi en 1457. En 1671 le fief est érigé en comté.

Opposé au français dans les guerres gallispanes en 1747, le village sera incendié.

Il est fortifié en 1929 dans la cadre de la protection des frontières (avant 1947 la frontière italienne est juste au-dessus du village).

Source: Nice Historique 2012 N°2-3.

Photos JPB.

Coordonnées
44.0636, 7.1312
Zone Géographique
Valdeblore
Cartographie ancienne
Carte de Rimplas 1867

Carte de Rimplas 1867