Note: Le Vert

Le Vert

“L’herbe est toujours plus verte ailleurs."  Proverbe.

Le vert est associé à la végétation à cause de  la chlorophylle. On trouve dans la nature des terres vertes (argiles ferreuses) mais leur emploi s'est avéré décevant en peinture et il n'y a pas de pigments d'origine végétale pour la teinture. Il fallait recourir à une double coloration fastidieuse, bleu et jaune.

La malachite, un minerai de carbonate de cuivre, fut la plus utilisée même si son coût était relativement élevé. Le vert de gris, un substitut instable à base de cuivre, l'a parfois remplacé. Cette présence visuelle abondante dans les climats propices et cette rareté pigmentaire ont fait du vert une couleur à la signification versatile.

La couleur verte put être obtenue à partir du XVIIe avec des pigments artificiels à base de cuivre. Par la suite au XIXe les verts de chrome (vert viride,  vert émeraude ou vert Véronèse) seront appropriés par les peintres. Mais il faut savoir que les bleus qui ont été faits avec l'azurite avant cette date ont parfois viré au vert depuis.

La combinaison du bleu et du jaune pour obtenir du vert a été utilisé probablement très tôt dans l'antiquité et constitue un des binômes de couleurs opposées de Goethe. Pourtant en occident il y avait une répugnance à mélanger les couleurs et le coût des pigments bleus ne rendait pas cette opération intéressante en peinture.

J.P.B.