Note: Fodéré François-Emmanuel

Fodéré François-Emmanuel

1764 à Saint Julien en Maurienne-1835 à Strasbourg

Elevé par une mère veuve avant sa naissance, il révèle des qualités exceptionnelles à l'école. Une intervention de l'Intendant de Maurienne, le chevalier de Saint-Réal, lui permit d'aller étudier la médecine à Turin. Il obtint son titre de docteur en médecine.

Grâce à une bourse du roi Victor-Amédée III de Sardaigne, duc de Savoie, il étudie la médecine légale à Paris en 1792 et il s’engage pendant la révolution dans l’armée des Alpes avec laquelle il participa au siège de Marseille et de Mantoue.

Il est nommé à l'hôpital d'Embrun puis en 1795 à Nice. Il est professeur à l'école centrale créée par le Directoire dans les Alpes Maritimes en 1798. Pendant cette période, il parcourt avec le jeune Risso le haut pays et rédige une statistique des Alpes-Maritimes sous le titre Voyage aux Alpes-Maritimes ou Histoire naturelle, agraire, civile et médicale de Comté de Nice et pays limitrophes enrichi de notes de comparaison avec d'autres contrées. Ce travail, initié par le gouvernement français ne sera publié par lui-même qu'en 1821 dans des conditions historiques bien différentes (Le Comté de Nice est redevenu Sarde) car  Fodéré n'avait pas accepté les conditions du préfet de l'époque.

Son récit est intéressant pour ses observations  des conditions sociales dans la région niçoise au début du XIXe, et ses nombreuses données diverses sur l'agriculture, l'élevage et les productions, mais ses digressions comparatives le sont beaucoup moins.

Lorsque la chaire de médecine légale fut créée à Strasbourg, Fodéré, âgé de 50 ans, concourut et fut nommé à l'unanimité. Il garda sa chaire jusqu'à sa mort en 1835.

II publia des mémoires sur les sujets les plus variés: le crétinisme, le goitre, les affections scorbutiques de la bouche, la phtisie pulmonaire, le choléra, le typhus…, et en général sur les maladies des montagnards, sur le délire et sur la pneumologie humaine.

Lire Nice-Historique 1969 N°4

J.P.B.