Massoins

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
01-12-2016

Massoins

Massoins est mentionné dès 1040 dans le cartulaire de l'abbaye de Lérins  (... donamus in castre Mansuini, et alio Mansuini...).

Ce fut une communauté importante du Haut Pays, clef de voûte stratégique de cette région du Comté de Beuil qui s'appelait d'ailleurs le Val de Massoins et dont l'église  appartenait partie aux Templiers, partie au Monastère de Saint-Pons, puis à Lérins.

Son premier prêtre connu en  1206 se nommait Petrus. En 1252, dans l'enquête mandatée par Charles 1er, frère du  roi Saint-Louis, il est mentionné "in castro superiori et de castro inferioris Massoins". Les deux castri ont été à l'origine de deux habitats : le Massoins  Supérieur situé aux confins de l'actuelle commune de Villars et un autre habitat fortifié, le Massoins Inférieur, situé aux abords du château fortifié. En effet, au Moyen-Age,  les habitants ont transporté leurs habitations, en contrebas du château fortifié, dans un petit cirque, le Massoins inférieur, qui est à l'origine de l'actuelle commune...

Après la destruction du château féodal en 1412, le 17 juin 1422, Amédée VIII rétrocède Massoins, Malaussène et Villars à Louis Grimaldi, contre une rente de 300 florins, qui lui avait été assignée sur la gabelle de Nice. Mais les habitants de Massoins étaient lassés de toutes ces occupations. La porte du XVe siècle toujours en place fut le témoin d'un acte de rébellion des Massoinencs contre les Grimaldi, le 8 mars 1446. Ils s'opposèrent violemment à la prise des lieux mais ce fut en vain.

En 1526-1527, le seigneur du lieu, René, et son frère Jean-Baptiste, seigneur d'Ascros, en conflit avec Honoré Laugier, des Ferres, assiègent ce dernier qui s'est réfugié dans son château de Gilette. Ils incendient La Roquette et Levens. Condamnés pour ces exactions, les deux frères s'enfuient en France. Ils sont pardonnés deux ans plus tard et rétablis dans leur fief par le duc de Savoie.

La seigneurie a appartenu aux Grimaldi de Beuil jusqu'en 1621. Après la déroute d'Annibal de Beuil, le fief fut inféodé en août 1622 aux Caissoti en faveur  desquels il est érigé en Comté, puis succédèrent les Cagnoli et les Corniglion. Après divers démêlés avec les autorités ecclésiastiques, les droits de Massoins furent reconnus. Le village, pieux jusqu'à la bigoterie, reçut en septembre 1715, une Mission prédicatrice, fougueuse en la piété traditionnelle des fils de Ignace de Loyola, visant à propager la foi, et dont le portrait d'Ignace qu'ils offrirent perpétue le souvenir dans l'église.

En 1746, le village est pillé par les gallispans et, en 1792, occupé par les français jusqu'en 1814, où le village retournera au Piémont jusqu'en 1860, date de l'annexion du pays de Nice à la France. 

Photos : JPB.

Source:  Association Massoins Patrimoine

Coordonnées
43.943, 7.1255
Zone Géographique
Var (Moyen)
Cartographie ancienne
Carte de Massoins 1866

Carte de Massoins 1866