Eglise Sainte Marie Madeleine Contes

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Vous désirez connaître le patrimoine d'un lieu du Haut Pays Niçois (vallées du Var, de la Tinée, de la Vésubie, de la Bévéra et de la Roya).  www.montnice.fr. offre 1000 pages d'information.

Mise à jour
09-12-2016
Eglise Sainte Marie Madeleine Contes

Eglise Sainte Marie Madeleine Contes

Elle a été ouverte aux fidèles en 1575. Jusqu'à cette date, il n'y a que la petite chapelle  du castrum sur cet emplacement. Le parlement contois décide de construire cette vaste église à trois nef après la grande crue du Paillon qui a détruit l'église paroissiale de la Vierge, en 1530. Il reste la petite porte de la chapelle, à droite de l’entrée principale. L’église primitive a été remaniée à plusieurs reprises. En 1666, construction du chœur et intégration de la dernière tour du vieux rempart du XIIIe siècle qui est transformée en clocher. Les morts ont été enterrés sous la crypte de l'église jusqu'au XVIIIe siècle. La façade est restaurée en 1934 et en 1966.

Il s'agit de 3 nefs avec 3 chapelles latérales et un grand choeur à chevet plat.

Photos JPB

Mobilier

L'église possède six autels dans les nefs latérales décorés de retables:

A gauche:

-Autel du Saint-Esprit avec le tableau de la Pentecôte de Laurent (Lorenzo)  Gastaldi (1625-1690) de Triora, réalisé entre 1660 et 1670, imitation d'un tableau sur le même thème de Luca Cambiaso.

-Statue en bois de Notre Dame de la Ceinture (XVIIe) Note.

-Retable du Rosaire Note réalisé par le maître fustier de Grasse Eustache Oubley, en 1667.

          Au centre la sculpture de la Vierge en ronde bosse, entourée de la représentation des 15 mystères :

            - les mystères joyeux: l'Annonciation, la Visitation, la Nativité, la présentation de Jésus au temple, le recouvrement de Jésus au temple,

           - les mystères douloureux : l'agonie de Jésus, la flagellation de Jésus, le couronnement d'épines, le portement de croix, la crucifixion et la mort de Jésus,

             - les mystères glorieux : la Résurrection, l'Ascension, la Pentecôte, l'Assomption de Marie, le Couronnement de la Vierge.

-Autel avec le tableau Père de Pitié et Âmes du Purgatoire Note, de Guiglielmo Thaone, daté de 1730, avec François d'Assise avec Charles de Borromée selon L. Thevenon.

-Au maître autel, le retable du Saint Sacrement, en bois doré, du XVIIe siècle (1667). La Vierge Notre Dame du Rosaire avec à ses pieds Dominique et Thérèse.

-A droite:

-Autel avec le tableau Saint Joseph agonisant avec  au mur Sainte Dorothée (2ème moitié du XVIIIe).

-Retable de Sainte Marie Madeleine, attribué à François Bréa, vers 1550 (Atelier de Louis Bréa vers 1520 pour L. Thévenon). C'est un polyptyque à 20 compartiments organisés autour d'une statue plus récente de Sainte Hélène (on l'identifiait autrefois  à Marie Madeleine). À gauche: Saint Pierre et Saint Jean-Baptiste, à droite, Saint Véran, évêque de Cavaillon, Saint Roch. Dans les compartiments supérieurs, de gauche à droite: Sainte Pétronille, Sainte Catherine d'Alexandrie, le Père éternel au centre, Sainte Lucie, et Sainte Brigitte de Suède ou Sainte Marthe(?). Sur la bande latérale gauche, de haut en bas: Saint Christophe portant l'Enfant Jésus, Saint Georges et le dragon, puis Saint Honorat. Sur la bande latérale droite, de haut en bas: Saint François, Saint Laurent et Saint Maur. En bas, la prédelle avec cinq épisodes de la vie de Sainte Marie Madeleine: Repas chez Simon, arrivée à Marseille, naissance enfant du gouverneur, son baptême avec sa famille et Marie Madeleine à la Saint Baume..

-Autel avec le tableau Saint Antoine de Padoue et les trois archanges, attribué à l'artiste niçois Guglielmo Thaone, vers 1730.

-Bénitier avec la date de 1575 (date de construction de l'église).

L'église possède un orgue réalisé en 1873 par le facteur d'orgue piémontais Frederico Valoncini (1832-1891) installé à Nice. L'instrument a été restauré à partir de 2008 par l'entreprise Brondino-Vegezzi-Bossi de Centallo. Il possède un clavier unique de 56 touches, un pédalier de 18 touches et 20 manettes de registres faisant jouer les 435 tuyaux répartis en 6 jeux de basse et 7 jeux d'aigus, avec des accessoires : clochettes, grosse-caisse, cymbales et tambour militaire.

Coordonnées
43.8117, 7.3147
Zone Géographique
Paillons (Les)