Contes

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
23-11-2016

Contes

Contes est sans doute l’un des plus vieux village de l’arrière pays niçois, mais son origine n'est pas connue: il est s'agit au départ d’un oppidum ligure disposé sur le piton rocheux dominant la vallée, Lou Cuorn, place stratégique. Une inscription romaine du IIe siècle mentionnerait pour la première fois le village : "vicus continus". On trouve la mention "Contenes" citée dans une charte datée de 1057, et à la construction de l’abbaye de Saint-Pons, au IXème siècle, celle-ci reçoit en fief la quasi totalité des terres de la vallée du Paillon.

A ce moment, quittant le piton rocheux sans  d’eau, une partie des villageois s’installa dans la vallée du Paillon. L’oppidum  fut conservé comme refuge pour les hommes et les animaux en cas de menace. A l’époque post-carolingienne, Contes se décomposait en deux parties: le Castrum, sur l’emplacement de l’oppidum ligure et le Villum, sur la rive droite du Paillon.

1108: le fief de Contes est passé sous la juridiction du chapitre cathédral de Nice.

1267: charte communale fixant les rapports et les servitudes entre le comté de Provence et la communauté contoise.

En 1466, la commune avais acquis les droits féodaux sur la source de Riodam et l’avait canalisée jusqu’à l’éperon.

1482: la population, après avoir acquis les droits seigneuriaux en 1471, prête solennellement serment au comté de Savoie. L’administration du village est assurée par un conseil élu, un parlement et un baile sous la tutelle directe du duc de Savoie. A la fin du XVème siècle, le village de Contes s’est  essentiellement développé sur la rive droite du Paillon. On y trouve alors une église paroissiale, et plusieurs moulins à huile.

Le 9 octobre 1530, à la suite de pluies extrêmement violentes, une crue  du Paillon ravage la vallée, formant un lac artificiel qui engloutit et ensevelit totalement sous plusieurs mètres de terre, de roches et de débris le bas-village, son église médiévale, ses moulins et ses habitants, détruisant  toute trace architecturale moyen-âgeuse. La populaltion se replia sur le Castrum.

Une église fut reconstruite et repris le vocable de Sainte-Marie-Madeleine. Une citerne fut construite à l’emplacement actuel de la fontaine Renaissance. Cette dernière, à deux étages, fut érigée en 1587 sur la place de la République, devant l’Eglise, comme symbole de l’arrivée de l’eau au Castrum. Des constructions apparaissent en dehors des remparts "trans la villa".

En 1645, par exemple, un artisan potier installe ses fours à la Pignatière (en dehors des remparts). En dépit des épidémies, qui font à Contes aussi leurs ravages, la population continue à se développer. 

En 1700 la commune confirme sa seigneurie en se donnant le titre de "comtesse". Elle connut un grand développement au XVIIIe siècle grâce à la construction de la route Nice-Coni.

Le tremblement de terre de 1887 a provoqué d'importants dégâts.

Aujourd’hui, il ne subsiste que les vestiges de l’enceinte, du chemin de ronde et la poterne. Une partie du château est conservée dans une propriété privée.

Source: ville-contes.net

Photos : JPB.

Coordonnées
43.8122, 7.3145
Zone Géographique
Paillons (Les)
Cartographie ancienne
Cartes de Contes 1866

Cartes de Contes 1866