Bonson

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
21-11-2016

Bonson 

Bonson a toujours appartenu au comté de Nice et faisait partie du grand diocèse de Glandèves.

Le nom de Bonson est cité pour la première fois dans des titres de propriété en 1092. Au cours des siècles, Bonson s'est orthographié entre autres Bonsonis, Baussone, Bauzoni, etc... Des vestiges de postes de surveillance attestent que le site fut occupé par les Romains. Des manuscrits de 1209 mentionnent l’existence d’un château ainsi que l’octroi d’un droit de gué au commandeur des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem (futur ordre de Malte). En 1271, Guillaume Olivari acquiert les fiefs de Bonson et de Tourrette-Revest qui, avant cette date, avaient appartenu aux seigneurs d’Ascros et de Glandèves (Entrevaux).

"En 1293, Charles II comte de Provence, donne la concession d’un bac à péage au baron Liti, seigneur de Bonson et de La Roquette. Dans un acte d’avril 1380, nous apprenons que les Liti sont également seigneurs de Saint-Auban, de Dosfraire (hameau qui a disparu) et coseigneur de Bouyon.

A partir de la dédition de Nice à la Savoie en 1388, Bonson est englobé dans les Terres Neuves de Provence (futur « Comté » de Nice), mais fait toujours partie du diocèse de Glandèves. Le 26 novembre 1446, Charles Lascaris de Vintimille, coseigneur de La Brigue, épouse la fille de Pierre Liti, seigneur de Saint-Auban et de La Roquette. De ce fait, il reçoit les châteaux de Bonson, La Roquette et d’une partie de Bouyon.

En 1554, Pierre Lascaris est investi par le duc de Savoie Emmanuel-Philibert des castra de Bonson, La Roquette, la troisième partie de Bouyon, La Brigue et Dosfraire. A la fin du XVIe siècle et au cours du XVIIe siècle, Bonson passe par mariage aux Laugieri, puis aux Chabaud de Tourrette avant d’être vendu, en 1661, à Jean-Baptiste de Andréis de Sospel. "

En 1685, il est revendu à Jérôme Marcel de Gurbenatis, apparenté aux comtes de Vintimille et aux seigneurs de Castellane. En 1688, la seigneurie est érigée en comté pour Jean de Gubernatis, le président du Sénat, puis elle passe aux Ferraro. À partir du XVIIIème siècle, la seigneurie de Bonson passe à plusieurs titulaires tels que les Liti, les Lascaris, les Chabaud et les De Gubernatis. Le tremblement de terre de 1887 y a provoqué d'importants dégâts.

La vie du village est rythmée par de nombreuses fêtes: de l’Olivier en juin. Saint Benoît (août), Saint Hospice (octobre), Ainsi que le Festival d’art contemporain en été. L’huile d’olive de Bonson est d’appellation d’origine contrôlée « Olives de Nice ».

Photos JPB

Liens:  www.bonson.org et Nice Historique 1928 N°6

Lire : « Bonson d’Hier » Béatrice Robert Editions des Auteurs de Provence

Coordonnées
43.8626, 7.18989
Zone Géographique
Var (Bas)
Cartographie ancienne
Carte de Bonson 1869

Carte de Bonson 1869