Blog du mois

Ce sayon vous sied, vous savez?

Lorsqu’un article décrit la tenue de saint Jean-Baptiste, parfois il indique que celui-ci porte un sayon. Un sayon est une tunique ouverte confectionnée avec de la laine ou des poils de bête et portée par les paysans pendant l’antiquité et le moyen-âge. Saint Jean-Baptiste est le cousin de Jésus. On le qualifie de Précurseur pour avoir annoncé la venue du Christ. Il baptise Jésus d’où son nom et il meurt la tête tranchée sur la demande de Salomé.

La chapelle de Saint Jean la Rivière lui est dédiée ainsi que la chapelle de la Miséricorde à Saint Martin Vésubie. Le tableau du maître-autel représente la décollation de saint Jean et on dit que ses reliques y furent conservées. Il ne faut pas le confondre avec saint Jean l’Apôtre (assimilé à l’Evangéliste), celui qui est représenté au pied de la Croix avec Marie.

Les pénitents noirs ont pris pour saint patron saint Jean-Baptiste dont ils honorent la Décollation et donc son iconographie est souvent associée à cette scène. Saint Grat est représenté tenant la tête du saint qu’il aurait rapportée de Palestine. La chapelle Saint Jean Baptiste à La Roche Valdeblore possède un tableau (XVIIe ?) qui retrace les épisodes de la vie du saint.

Mais la représentation traditionnelle est celle du « Baptiste » avec sa tenue en peau de bête: le sayon. On peut le voir sur le curieux tableau naïf de Garsin (1591) dans l’église Saint Laurent de la Bollène Ce vêtement est si caractéristique qu’il est un symbole représentatif, son image de marque. On peut dire que le sayon, avec un manteau qu’il enroule par-dessus, lui sied bien.

A l’origine le sayon est une casaque, donc un manteau qui se porte au-dessus de la tunique mais la tradition « picturale» a retenu le sens de la tunique.

Rubrique du mois de août 2015 dans Le Portail VésubienPortail vesubien