Blog du mois

La Madonna en hauteur

Devant la Madone de Fenestre ce matin-là je me remémorais les voyageurs qu’elle avait vu passer au cours de sa longue histoire. Au Moyen-âge déjà vers le XIIIème siècle un sanctuaire y est établi et puis un hôpital. En effet ce sanctuaire se trouvait sur un lieu de passage important pour relier le Piémont et Nice.

Borgo ou San Dalmasso de Pedona comme on l’appelle maintenant avait fondé le refuge pour permettre aux voyageurs de relier le site à Saint Dalmas de Valdeblore et plus tard cela permis de sécuriser la route du sel. De nos jours c’est un lieu de randonnées familiales.

Un pèlerinage qui perpétue une tradition ancienne a lieu chaque année pour monter et descendre la statue en cèdre d’une Vierge à l’enfant. Une croyance populaire fait remonter cette statue au début du christianisme bien qu’elle soit du XIVème.

Comment ne pas être ému par le souvenir de ces gens, des juifs, fuyant l’horreur de l’holocauste en septembre 1943. En poursuivant mon chemin vers le Gélas (3143 mètres) sommet du Mercantour français je repensais à ce jour du mois d’août 1915 au moment de la première Guerre Mondiale. Une messe avait eu lieu sur le sommet suivie du Balcon et de la Madone par ceux qui n’avaient pas pu monter jusqu’au sommet.

Nos anciens ne craignaient pas de marcher. Pour arriver au sanctuaire il fallait environ 3 heures ensuite pour atteindre le Gélas au moins 4 heures. Le Gélas valait « bien une messe «.

Site magique, propice aux miracles le sanctuaire est l’endroit où on aperçoit au travers d’un trou du Caïre de la Madone la Vierge. Les habitants de la vallée au XVIIème en sont persuadés. Il s’agit bien d’un lieu merveilleux mais les incendies ont détruit à plusieurs reprises les bâtiments et ceux que l’on y voit sont récents.

Jean-Pierre Bouret

Rubrique N° 34 du mois de octobre 2017.

Sur les chemins du patrimoine, en devisant...

A consulter sur Le Portail VésubienPortail vesubien