Auvare

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
30-11-2016

Auvare

Des tegulae (tuiles romaines) et des marques de fabrique (Sigilla) trouvées sur le site attestent qu’il fut occupé par les Romains.

Vers 850, des hordes saxonnes envahissent la région. D’après certains chroniqueurs,  des cités comme Vence et Glandèves (Entrevaux) sont totalement détruites. Les habitants de Glandèves se réfugient sur des éperons rocheux et fondent Auvare, Daluis, Saint-Léger et La Croix. La paroisse d’Auvare dépendra toujours de l’évêché de Glandèves.

Lorsqu’en 973, Guillaume le Libérateur  chasse les sarrasins, il donne à Balb de Vintimille la baronnie de Beuil et ses 22 villages. Un de ses descendants, seigneurs du Puget, devint baron d’Auvare.

C’est au XIIIe siècle qu’est mentionné le château d’Azoara, construit sur un site inaccessible, sa position stratégique lui permettait de contrôler la route de Beuil. Le comte de Provence, Charles Ier d’Anjou, y établit une garnison. Le fief appartint à Guillaumes de Glandèves de Saint-Auban, en co-seigneurie avec les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem (en 1312, tous les biens des Templiers ont  été dévolus à ces derniers). Le seigneur de Saint-Auban et du Puget participa à la guerre féodale qui opposa les comtes de Provence aux Castellane et aux Glandèves. En 1278, il cède Auvare et le château de Puget-Théniers à Charles Ier d’Anjou, en échange de Muy. Une terrible peste emporte un tiers de la population en 1348.

Auvare reste inféodé et en 1296, il relève de la viguerie de Guillaumes. Il reste rattaché à la Provence en 1388 lors de la dédition. Guilhem de Puget, vassal de Figanières, devint le seigneur de ce fief en 1414.

En 1548,  Joseph de Cambis, capitaine de l’île Sainte Marguerite, en fait l’acquisition auprès de Melchiona de Castellane, dame de Figanières. En 1578, sa fille vend le titre à la dame de Beuil, épouse d’Honoré Grimaldi.

En 1705,  Louis Corporandi, issu d’une riche famille de la Croix,  achète ces terres à Maurice Grimaldi. Lors du 1er traité de Turin (1760), Auvare et La Croix sont cédés au royaume de Piémont-Sardaigne, et sont intégrés alors au Pays Niçois. Après leur rattachement de 1760 à l’Etat Sarde, les habitants continuèrent à parler en provençal et à utiliser le français pour leurs écrits. Les actes notariés de cette période étaient rédigés en sarde mais portant la mention « lu et expliqué en langue locale ». En 1774, pour services rendus par Pierre Corporandi, seigneur de la Croix, le roi de Piémont-Sardaigne érige le fief en baronnie. Les Corporandi se sont également illustrés dans l’armée et dans la marine aux XVIIIe et XIXe siècles.

La route de Puget-Théniers à Auvare, achevée en 1923, est sur le tracé d’un chemin taillé dans le rocher en 1887.

Source : Guide historique 2008 et PCAM Flohic 2000.

Photos JPB

Coordonnées
43.9881, 6.9084
Zone Géographique
Var (Moyen)
Cartographie ancienne
Carte d' Auvare 1868

Carte d' Auvare 1868