Ascros

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
02-01-2018

Ascros 

Des ossements humains avec des anneaux et des boutons en bronze, ont été  retrouvés dans une tombe à tumulus et  ont été datés de l’âge de bronze final III (1600 – 1400 av. J-C).

Des vestiges funéraires et un petit castellara  témoignent que les Ligures occupèrent également le territoire d’Ascros situé à environ 1150 m d'altitude.

Au Ier siècle av. J-C les Romains y installent un poste de surveillance car on a découvert des poteries, des pièces de monnaie, des lampes à huile et des vases et un sarcophage.

En 1950 une stèle funéraire d'un vétéran de l'armée romaine (IIIe ?), exposée dans l'église, a été trouvée aux Crottes non loin d'Ascros.

En 972, le seigneur de Crocis participe, avec Guillaume Ier de Provence, aux batailles pour l’expulsion des Sarrasins installés dans le massif des Maures. Vers la fin du XIIe siècle, à la suite d’un différent avec les moines de Lérins, le seigneur de Crosis délaisse les habitants de Villeveille, Rourebel et St-Antonin, et fait construire l’église et le château de Scros (ce n’est qu'en 1760 que l’appellation Ascros apparait).

Vers 1250, Scros dépend de la nouvelle baillie de Puget-Théniers. En 1298, les Châteauneuf avaient succédé aux Crocis, ils en furent les coseigneurs jusqu’en 1387.

Après la dédition de 1388, Aiglun, Le Mas et Scros passent sous la protection des Savoie. En 1391, le comte de Savoie rend une partie du fief d’Ascros à Jean Grimaldi de Beuil. Des textes de 1411 et de 1432 nous confirment que les Grimaldi en sont les coseigneurs, avec Honoré Marquesan, seigneur de Coaraze.

En 1621, à l’exécution pour trahison d’Annibal Grimaldi, Scros, Toudon et Tourrette-Revest sont inféodés aux Galléan pendant un siècle. Le château ne sera pas rasé mais tombera en ruine.

En 1744, à la mort de Jean-Baptiste Galléan, sans descendance, Marcel Caissotti, seigneur de Roubion, hérite, par mariage, des fiefs de Scros, Toudon et Tourrette-Revest. La famille Galléan-Caissotti de Roubion les conserva jusqu’en 1776 (le Sénat de Nice en 1752 oblige  les Caissotti à prendre le nom et les armes des Galléan).

A partir de février 1793, Ascros est annexé par la France, avec tout le comté de Nice. Le village redeviendra sarde en 1815 jusqu'en 1860.

Source: www.ascros.fr.

"Ascros est une position essentielle de la Seigneurie de Beuil. Son château commandait une très ancienne voie de communication et protégeait le flanc sud-ouest des terres des Grimaldi. Ce seigneur avait remis l'ensemble des terres aux habitants contre le paiement de 450 sétiers de grains (182 h) , mais conservait toute la justice et surtout le château."

Lire :Patrimoine du Haut-Pays N°12.

Photos JPB

        

Coordonnées
43.9205, 7.0148
Zone Géographique
Estéron
Cartographie ancienne
Carte d' Ascros 1867
Carte d' Ascros 1867